vendredi 14 décembre 2018
Accueil > A LA UNE > Débrayage du SNTM d’Air Algérie: l’UGTA désavoue les grévistes

Débrayage du SNTM d’Air Algérie: l’UGTA désavoue les grévistes

La grève des techniciens de maintenance d’Air Algérie entamée il y a une semaine se poursuit toujours. Alors que les techniciens ont affirmé que les avions décolleront sans contrôle ni maintenance, les responsables d’Air Algérie ont rassuré qu’aucun avion ne décolle sans contrôle.

«Il est impossible de laisser décoller des appareils sans avoir procédé à un contrôle rigoureux répondant à des normes précises. Plusieurs médias relaient ces rumeurs infondées, induisant en erreur l’opinion publique», a assuré le conseiller du PDG de la compagnie national du transport aérien de voyageurs, Mohamed Charref, lors d’une conférence de presse tenue à Alger.

Les assurances des dirigeants d’Air Algérie ont été appuyées par la Fédération nationale des travailleurs du Transport, affiliée à l’UGTA. Dans un communiqué publié aujourd’hui, ce syndicat a dénoncé les attaques contre le pavillon national faisant état de l’absence de contrôle technique de ses avions.

La fédération a assuré les usagers affirmant que « les avions d’Air Algérie, alignés pour les vols, sont techniquement contrôlés en matière de navigabilité selon les normes de sécurité prescrites par les autorités nationales et internationales ». « L’entretien des avions est assuré par des mécaniciens et ingénieurs hautement qualifiés et certifiés par l’autorité nationale », a précisé le syndicat.

Selon cette Fédération, avant chaque départ, l’avion est soumis à trois contrôles rigoureux exercés par le mécanicien avion, le service de contrôle interne de la compagnie et le personnel navigant technique. « A l’arrivée à destination, à l’instar des autres compagnies mondiales, l’avion d’Air Algérie est lui aussi soumis à un énième contrôle technique par les autorités locales habilitées », a-t-elle ajouté.

Le syndicat a accusé les auteurs de ces informations de commettre l’imprudence de douter et de s’attaquer à la maintenance aéronautique algérienne « qui a déjà acquis ses lettres de noblesse depuis des décennies, dans des installations datées des années quarante ». « Que dire alors de la qualité du travail accompli actuellement dans des installations ultramodernes n’ayant rien à envier aux autres compétences étrangères », poursuit le syndicat qui affirme que la maintenance est dotée d’agréments européens et internationaux lui permettant d’exercer l’activité selon les normes requises.

La Fédération nationale des travailleurs du Transport affiliée à l’UGTA a conclu son communiqué par un certain nombre d’agréments dont dispose Air Algérie, à savoir, l’agrément national DACM, l’agrément européen EASA PART 145, l’agrément international IOSA et l’agrément standard qualité ISO

Farid Zelich