dimanche 18 novembre 2018
Accueil > A LA UNE > Forum sur digitalisation dans le monde des assurances : la bourde grotesque du président de la COSOB
Adel Hakim Berah, président de la COSOB à la première édition de l'AIM 2018 à l'hôtel Sheraton

Forum sur digitalisation dans le monde des assurances : la bourde grotesque du président de la COSOB

Organisée, aujourd’hui et demain à l’Hôtel Sheraton d’Alger, la 1ere édition du «Algerian Assurance Multaka» (AIM 2018), dédiée à la digitalisation dans le monde des assurances, a vu la participation d’expert venus de différents pays étrangers, outre un grand nombre de responsables de sociétés nationales d’assurances publiques et privé. Un forum de grande importance dont le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, a voulu marquer la solennité en inaugurant l’ouverture des travaux. Pourtant, le président de la Commission d’Organisation et de Surveillance des Opérations de la Borse (COSOB), Adel Hakim Berrah, faisant office de modérateur allait ruiner la portée de ce conclave en s’essayant à de l’humour d’une qualité douteuse et qui allait jeter l’opprobre sur les efforts des opérateurs nationaux du secteur. En effet, et répondant à certains  questionnements de participants  plaidant  pour le développement des technologies de la 5G pour booster le commerce en ligne connu communément «E-paiement», Adel Hakim Berah, n’a pas trouvé mieux que d’y répondre par un sarcasme de très mauvais goût, déclenchant des rires gênés dans la salle. «Déjà que la 4G n’est même pas développée et si vous consultez vos smartphones vous allez le savoir et le constater », a ainsi rétorquépince sans rire, ce responsable d’une institution publique. Une posture irresponsable et nihiliste surtout de tous les efforts, du travail, de l’engagement, et du dévouement des équipes d’un opérateur de téléphonie mobile, tel Mobilis par exemple, pour le déploiement de la 4G. Cela, en sus, de sa portée néfaste sur la destination Algérie et la promotion des investissements étrangers dans notre pays.  Et en tout état de cause, une attitude condamnable et foncièrement préjudiciable à l’image de l’Algérie.

Hacène Nait Amara