dimanche 21 avril 2019
Accueil > A LA UNE > Alain Marleix, ancien ministre français : «notre région porte un intérêt particulier à l’Algérie»
Alain Marleix, ancien ministre, Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes

Alain Marleix, ancien ministre français : «notre région porte un intérêt particulier à l’Algérie»

La région Auvergne-Rhône-Alpes en France organise pour la première fois une journée de l’Algérie du 31 janvier au 02 février 2019. Plus de 400 entreprises françaises et environ 300 chefs d’entreprises algériens prendront part à cette manifestation. La délégation algérienne sera conduite par le ministre de l’Agriculture et son collègue de l’Industrie et des Mines. Alain Marleix, ancien ministre et Conseiller régional Auvergne-Rhöne-Alpes revient dans cet entretien qu’il a bien voulu accordé au site électronique «timesalgerie.com», sur le potentiel économique de sa région, ainsi que les objectifs attendus de l’organisation de la Journée de l’Algérie en Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Pourquoi l’intérêt de votre région pour l’Algérie ?

L’organisation le 31 janvier 2019 de la Journée de l’Algérie en Auvergne-Rhône-Alpes est motivée par le fait qu’il ait une forte communauté algérienne et franco-algérienne établie dans notre Région. A cela, il faut également ajouter la proximité géographique des deux pays. Nous ne sommes qu’à une heure et demi de vol d’Alger depuis l’aéroport de Lyon. Le troisième facteur qui a motivé notre choix est que l’Algérie est un pays très prometteur, en plein expansion avec un fort potentiel dans beaucoup de domaines. Tous ces facteurs font de l’Algérie un pays attractifs pour les investisseurs étrangers, un partenaire intéressant et privilégié pour notre région.

Qu’elles sont les thématiques qui seront abordées lors de ces journées ?

Il y aura quatre secteurs qui seront fortement représentés lors de cette manifestation. Plusieurs filières phares seront mises à l’honneur (l’agriculture et l’élevage, les industries agroalimentaires, la maintenance automobile, la plasturgie, les énergies renouvelables et l’économie circulaire, le tourisme de montagne et le thermalisme). Nous avons beaucoup de grandes entreprises qui activent dans ces secteurs et le savoir-faire de notre région dans ces domaines économiques n’est plus à démontrer. Les chefs d’entreprises algériennes et leurs homologues de la région Auvergne-Rhône-Alpes auront l’occasion d’aborder toutes les possibilités de partenariats lors des rencontres 2B2 qui seront tenues lors la deuxième journée de cette manifestation.

Avez-vous arrêté le nombre d’entreprises algériennes et françaises qui prendront part à cette manifestation ?

Côté français, il y aura environ 400 entreprises représentants plusieurs secteurs alors que l’Algérie sera représentée par environ 300 entreprises. C’est un événement important et je dirai même qu’il est sans précédent. Aucune autre région de France n’a organisé une telle manifestation avec la participation d’un nombre aussi important d’entreprises des deux pays. Ce qui est important et qu’il faut souligner est que la Journée de Algérie en Auvergne-Rhône-Alpes est organisée avec l’accord des responsables des deux Etats. A cet effet, la délégation algérienne sera conduite par les deux ministres de l’Agriculture et l’Industrie et des Mines.

Qui-ce qui-est attendu de la tenue de cette Journée ?

Cette journée se fixe comme objectif de nouer et de renforcer les relations de partenariat entre les entreprises algériennes et les entreprises de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Je pense que ces partenariats peuvent débaucher sur des accords qui seront à la fois favorables au développement de l’économie algérienne et celle de la France. Le partenariat, comme son nom l’indique, doit servir aux deux partenaires.

Vous avez évoqué lors de votre conférence de presse tenue le 15 janvier dernier à Alger des protocoles d’accords entre les les organismes des deux pays dans le domaines agricoles et du développement des énergies renouvelables. En quoi consistent-ils exactement ces accords ? 

Tout à fait. Il faut savoir que nous avons une coopération solide qui existe déjà dans le domaine de l’agriculture entre notre région et l’Algérie. Nous vendons à l’Algérie du bétail en grandes quantités. Mais on peut toujours faire mieux et c’est pour cela que nous avons décidé d’organiser cette manifestation dédiée à l’Algérie et qui durera trois jours (du 31 janvier au 02 février 2019).

Interview réalisée par Hacène Nait Amara