Salon du livre de Tizi-Ouzou : Une trentaine d’éditeurs et 60 auteurs présents à la 12e édition

0
85

Une trentaine de maison d’édition et une soixantaine d’auteurs prennent part à la 12e édition du Salon Djurdjira du livre «Tizi n udlis» (Tizi du livre), qui s’est ouverte samedi à Tizi-Ouzou à travers les différents établissements culturels de la wilaya.

Cinq centres de recherche prendront part, également, à cette manifestation qui s’étalera sur trois jours et dont la cérémonie d’ouverture s’est déroulée à la maison de la culture Mouloud Mammeri en présence des autorités locales et de nombreux invités.

Une participation qui manifeste, a souligné à l’occasion, Goumeziane Nabila, directrice locale de la culture, «la vitalité du monde de l’édition qui fiait ce qu’il faut dans un monde toujours plus numérisé», en appelant à «soutenir davantage la vitalité de tous les acteurs qui favorisent les échanges entre les littératures».

Et c’est pour permettre ces échanges, a ajouté Mme Goumeziane, que cette édition est «rehaussée par la présence de la créativité culturelle et historique de la wilaya de Laghouat, connue pour son histoire profonde, sa poésie populaire portée par plusieurs hommes de lettres», citant, entre autres, Abdellah Kerriou, grand poète du sud algérien.

Une occasion pour le lecteur local de découvrir, a-t-elle souligné, «la richesse patrimoniale de cette wilaya connue pour sa résistance durant la glorieuse révolution, dont le nom signifie Ville entourée de jardins est indissociable de celui du résistant Benacer Benchohra».

La cérémonie d’ouverture a été, d’ailleurs, marquée par une visite guidée du stand de cette wilaya «le livre des oasis aux montagnes du Djurdjura», ainsi que celle d’une exposition rétrospective des 11 précédentes éditions du Festival et d’une autre sur la vie et l’oeuvre du moudjahid Djoudi Attoumi et le lancement d’une fresque dédiée à cette 12ème édition, Pareilles initiatives «sont un geste d’importance envers l’Histoire de notre pays et l’écriture qui représente un vecteur de transmission pour les jeunes générations » a, pour sa part, estimé M. Attoumi à qui est dédiée cette édition, présent à cette cérémonie.

Il a été, par ailleurs, procédé, lors de cette première journée du Salon à la baptisation de la bibliothèque semi-urbaine du nom de Si Amar Boulifa et au lancement de la 1ère édition du concours «La meilleure nouvelle» en quatre langues et la 2e de celle du «Meilleur lecteur».

Plusieurs activités sont au programme de ce salon, dont la projection dimanche d’un documentaire sur le parcours de l’ancien officier de l’ALN de la wilaya III, Djoudi Attoumi, et des témoignages d’amis et compagnons de lutte au niveau du petit théâtre de la maison de la culture Mouloud Mammeri.

Une conférence sur le livre comme lien entre les deux contrées du pays, Laghouat et Tizi-Ouzou, sera aussi animée par Abderrahmane Khelifa, chercheur historien et Kamel Stiti, directeur du parc culturel de Laghouat au niveau de la Bibliothèque principale de lecture publique, aux côtés d’ateliers de formation et d’écriture.

Une caravane du savoir sillonnera, également, les différentes salles de lecture et bibliothèques mises en fonction à travers la wilaya en collaboration avec les autorités locales, les comités de village et le mouvement associatif.
R. C.